De l’unité

Il y a quelques semaines, quelques jours, nous avons célébré la semaine de l’unité des Chrétiens. Cet évènement traditionnel de début d’année fait écho à l’unité du monde en général et des Hommes en particulier qui a été mise à mal. Avec les incompréhensions, les refus de dialogues, nous devons nous interroger sur notre capacité à nous unir. Non pour une cause ou un combat, mais pour que le « bien vivre » ensemble devienne, si ce n’est la règle, à tout le moins un objectif de progrès.

Cette unité devrait être la nôtre dans la préservation des espèces et de notre planète. À l’instar de Lydie et Claude Bourguignon qui nous interrogent sur notre relation à la terre. Si leur travail est parfois controversé, il s’inscrit clairement dans une démarche de protection de l’environnement. Forts de cette expérience et de cet enseignement, ne devons-nous pas mieux prendre soin de notre terre, de ce patrimoine qui nous a été légué et que nous devons protéger pour les générations futures ?

Cette unité devrait être la nôtre pour que les peuples de cette terre cessent de s’ignorer. Jamais les fossés ne se sont autant creusés, à l’intérieur même de nos pays dits développés. Les bruits de bottes raisonnent et les va-t-en-guerre se font de plus en plus nombreux. Forts de l’expérience du passé, et résolument tournés vers l’avenir, nous devons refuser de participer à cette cacophonie et sans cesse proposer l’entraide pour que la paix entre les humains s’impose naturellement. AGAPÉ et les actions qu’elle porte, notamment l’accueil des femmes, participe à ces manifestations d’unité.

Cette unité qui est la nôtre au niveau de notre communauté doit continuer et s’intensifier. L’année de vacance pastorale nous a permis de nous interroger sur le sens de notre action, les moyens et les objectifs que nous entendons poursuivre. Plus que jamais, avec l’élection d’un nouveau conseil presbytéral, largement renouvelé, et l’arrivée du Pasteur Didier Petit, nous devrons continuer à promouvoir cette unité afin que les missions de notre communauté soient porteuses de valeurs partagées.

Reprenant l’évangile de Marc (ch. 9, v. 50) « Ayez du sel en vous-mêmes et vivez en paix les uns avec les autres », comme les disciples, dans ce cas, devenons « sages » et menons notre barque pour éviter les écueils.

Frédéric Hoepffner

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.