Pour une régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans-papiers

Devant le « désastre humanitaire et sanitaire » que représente la situation des personnes sans papiers présentes sur le sol français aujourd’hui, des collectivités territoriales, des élu·e·s, des acteurs de la solidarité notamment demandent au gouvernement la régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers.

« Pour se relever, notre pays aura besoin de mobiliser tous ceux qui sont à son bord »

Partout dans le monde, les États et leur population sont frappés de plein fouet par une crise sanitaire sans précédent. Le Covid-19, ignorant les frontières, nous rappelle à quel point nos destins sont liés, et combien nous sommes toutes et tous d’une certaine manière « colocaterre ».

Cette situation inédite bouleverse nos sociétés tant sur le plan social, économique que politique et révèle les fragilités des systèmes de santé et des dispositifs de solidarité. La crise sanitaire accroît les inégalités sociales.

Pour les personnes victimes de pauvreté, c’est la double peine, pour celles qui sont en plus « sans-papiers » c’est la triple peine. À la précarité sociale et sanitaire s’ajoute la précarité administrative et avec elle, son cortège d’exclusions.

La régularisation inconditionnelle et pérenne de l’ensemble des personnes migrantes représente non seulement une réponse éthique et morale qui s’inscrit dans le respect de la dignité et des droits fondamentaux, mais également une réponse aux enjeux auxquels fait face notre pays en termes de santé publique, d’économie et de lien social.

À la crise sanitaire va s’additionner une crise économique. Pour se relever, notre pays aura besoin de mobiliser tous ceux qui sont à son bord. Les migrant·e·s font déjà partie de l’équipage, la régularisation des sans-papiers leur permettrait de poursuivre dans un cadre légal leur contribution à l’effort collectif, en partageant droits et devoirs dont celui de travailler, de payer des impôts sur le revenu, etc. De l’autonomie découle une forme de reconnaissance qui permet à tout être humain d’être reconnu comme un membre de la collectivité. Une régularisation répond donc non seulement à des enjeux sanitaires et économiques, mais aussi sociétaux, car elle constitue une condition essentielle pour faire société.

Les signataires de cette tribune demandent donc à l’État la régularisation inconditionnelle et pérenne des personnes sans papiers sur l’ensemble du territoire français y compris les départements et territoires d’outre-mer.

Aucune discrimination ne saurait être tolérée quant à l’accès au droit, à la protection et aux conditions minimales de survie, encore moins en temps de crise sanitaire d’où le besoin de mesures en conséquence.


Source : Extraits de la Tribune coordonnée par l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants et co-signée par la FEP, Emmaüs International, CCFD-Terre Solidaire, Médecin du Monde, La Cimade…

https://fep.asso.fr/2020/05/tribune-pour-une-regularisation-inconditionnelle-et-perenne-des-personnes-sans-papiers/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.