Le transhumanisme, une question de notre temps

Vincens Hubac, pasteur de l’Église protestante unie de Robinson, nous fait ici un résumé de son intervention prévue initialement samedi 21 mars 2020.

Le transhumanisme : À la suite du New Age s’annonce une ère nouvelle ou l’homme ne sera plus seulement réparé quand il faut, guéri lorsque c’est nécessaire, mais verra ses capacités physiques, intellectuelles, mentales augmentées. Les technologies modernes : Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information, sciences Cognitives (N B I C) donnent une certaine crédibilité aux rêves les plus fous qui prédisent que l’homme du futur, connecté, greffé, appareillé sera amortel grâce à la cryogénisation ou à l’enregistrement sur un disque dur de tout ce qu’il y a dans le cerveau de quelqu’un. L’homme devient ainsi un homme bionique, un vrai « cyborg ». Vers 2050, au « point de singularité », moment où on ne pourra plus revenir en arrière, l’humanité entrera dans la post-humanité.

L’essor des N B I C, de la robotique, de l’intelligence artificielle et de l’idéologie transhumaniste nous imprègne déjà. Les armées, le sport, le modelage du corps, drogues et stupéfiants, manipulation du génome et PMA ont tendance à se généraliser. Le tout est soutenu par une économie puissante : laboratoires de recherche, domaine de la santé, des géants comme Google, Amazone, Facebook ou IBM aux USA, avec leurs équivalents en Chine.

Dans l’illusion de la toute-puissance, le trans-humanisme soutient l’idée de l’homme – dieu créateur et immortel. C’est une gnose qui se développe ainsi.

Les conséquences sont importantes. Risque du totalitarisme, déstructuration de la famille car la relation sexuelle ne sera plus nécessaire pour se reproduire, risque de voir une société à deux vitesses et apparition de phénomènes racistes, nouvelles formes d’ennui, problèmes philosophiques…

Les Églises se doivent de réagir. Nous avons à réaffirmer que le Salut est dans les mains de Dieu, que Dieu révélé en Jésus-Christ est Dieu d’amour et que nous plaçons notre confiance en lui et non en la science. Nous soutenons que les hommes créés à l’image de Dieu sont différents les uns des autres, égaux et porteurs d’une dignité qui leur est propre. Face à l’égoïsme et au narcissisme, la Bible nous rappelle l’importance de la fraternité et de la diaconie. En ces temps de Pâques, gardons en mémoire la parole de Pilate : « Voici l’homme », désignant Jésus qui va mourir pour la vie du monde. La force de Dieu s’exprime dans l’amour et la faiblesse et non dans les fantasmes du transhumanisme.

Vincens Hubac, pasteur de l’EPUdF de Robinson

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.